Engagement #3 : Agir pour l’environnement

La culture d’un produit à base de farine a un impact sur l’environnement. La production du blé représente 80% de cet impact. Chaque agriculteur signataire du Pacte Agri-Éthique s’engage à mener, au minimum, une action innovante permettant un gain environnemental sur l’eau, l’air et/ou le sol. Il peut s’agir, notamment, d’enrichir le sol en bactéries pour limiter l’apport d’azotes, d’installer des indicateurs de vie biologique des sols (des vers de terre, par exemple) pour mesurer l’impact du non-labour, ou bien d’équilibrer l‘écosystème et maintenir la fertilité des sols, ou encore de fournir aux abeilles des compléments nutritionnels avant l’hiver, etc.

Préserver le paysage et la biodiversité

Au sein d’Agri-Éthique, nos agriculteurs agissent pour une meilleure gestion du territoire. Sur plus de 350 exploitations, ils évaluent l’état de conservation des haies, des fossés, mares et bandes enherbées. Un diagnostic en découle qui permet d’améliorer l’habitat d’intérêt écologique des espèces animales locales et de maintenir celles-ci dans les lieux. Nos agriculteurs deviennent ainsi des relais d’observation de la biodiversité. Dans le même ordre d’idée, ils mettent en place des jachères mellifères (terrains semés des variétés florales riches en pollen). Celles-ci ont pour but de maintenir les insectes pollinisateurs. Autre avantage, elles contribuent à l’embellissement du paysage.

Utiliser du compost organique

Une station de compostage FERTILEVEIL récupère les fumiers d’élevages pour le rendre hygiénique et en faire un compost riche en matières organiques et oligo-éléments. Ce compost permet de limiter les apports d’engrais chimiques et donc de réduire l’impact des gaz à effet de serre.

Semer des plantes compagnes

La luzerne et les trèfles sont des légumineuses qui, une fois semées avec le blé comme « plantes compagnes », ont pour avantage d’étouffer une partie des mauvaises herbes et de piéger l’azote de l’air pour le restituer à la culture. Cet apport d’azote naturel limite les gaz à effet de serre et l’utilisation des produits phytopharmaceutiques. De plus, ces plantes compagnes concourent à redynamiser la vie biologique des sols (vers de terre …) et restructurer ces derniers (meilleur enracinement pour prélever les éléments nutritifs du sol).

Traiter le blé au vacciplant

Le vacciplant est un traitement naturel, inoffensif pour l’homme et l’environnement, qui stimule les défenses naturelles des blés et permet de diminuer l’utilisation de produits phytopharmaceutiques.

Choisir des variétés résistantes

Aujourd’hui, il est possible de choisir des variétés de blés dont les gênes résistent à certaines maladies et d’éviter ainsi des traitements phytopharmaceutiques de ces maladies.

Mesurer ces pratiques

Agri-Éthique entend développer à grande échelle ce type de pratiques et en mesurer le gain réalisé pour l’environnement. L’historique des parcelles concernées et leur cycle de vie seront analysés à cet effet.

Autant d’actions innovantes par lesquelles la filière Agri-Éthique entend se montrer productive, afin de limiter sensiblement son impact sur l’environnement.